ACTUALITÉS

« Nous allons être une belle vitrine » J-2 … Entre-Deux avec Régis Racine

Le coach est notre invité à deux jours de la reprise Salle Mu’. Le sevrage basket, Régis Racine n’aime pas, pas du tout. Depuis gamin, c’est sur les parquets et dans les salles que l’ancien international vit sa vie à cent à l’heure, et même beaucoup plus, avec une sensibilité à fleur de peau. « J’aime l’humain et on ne me le retirera pas » clame un Régis Racine trépignant de ne pouvoir aider des personnes ou des amis vulnérables. A l’image de ces combattants qui ont besoin d’adrénaline, de challenges et de fraternels partages, le coach bout et s’impatiente, accélère. « Monsieur Covid-19 » n’est pas son copain. Un peu pour tuer le temps et à défaut de pouvoir exterminer le virus, il s’est laissé pousser les cheveux et la barbe. « Aucun besoin de mettre de fortifiant » dit-il. Ce sera pareil cette saison. Les ingrédients sont prêts. Le coach va façonner sa préparation comme un artisan, comme un compagnon. Son Tour de France approche. Il le sait depuis toujours. Depuis qu’il est né avec des cheveux (hahaha).

Interview passionnante d’un passionné pour qui le bonheur tient à pas grand chose, mais à tellement de choses. 

« Je suis de ceux qui ne font rien par intérêt »

Limoges ABC : Quel bilan (à froid) tirez-vous de cette dernière saison, brusquement interrompue mi-mars ?

Régis Racine : Avec l’objectivité d’un compétiteur, je vous dirais que le bilan est à deux visages. Pour une équipe nouvellement dans la division, nous n’avons pas frémi sur le sujet du maintien et des matchs couperet d’une saison pouvant être de tous les dangers. Nous avons joué un rôle sur la première partie de saison qui nous a positionné dans le trio de tête en pouvant accrocher des équipes bien plus armées que nous sur le papier. Notre étiquette « poil à gratter » était un bon moteur pour nous de challenge et d’objectif. A partir du moment où nous avons perdu quelques éléments en route, il nous est apparu des difficultés d’organisation collective pour nous permettre de contrôler nos matchs et espérer combattre sur la durée.

La deuxième partie de saison est l’entité contraire de la première. Nous avons fait pas mal de bricolage à l’intérieur de notre effectif. Heureusement nous avons pu compter sur notre formation U18 ainsi que sur du vivier NF3 pour augmenter notre profondeur de banc, de temps en temps avec réussite ! Mais aussi avec de grands moments de perte de repères pour nous permettre de finir les matchs. Pour ma part, je suis content pour nos jeunes d’avoir pu démontrer leurs talents naissants et je compte dans notre dispositif ne pas oublier cette arme révélatrice pour le Limoges ABC.

Cette saison s’est interrompue au mois de mars après une belle victoire surprenante du coté de Roanne, une préparation à un 1/4 de finale de Coupe de France qui n’est jamais sorti de terre.

Comment ne pas être finalement satisfait d’une bien belle saison de remontée (5ème). Nous signerions tous les jours ! Je n’oublie pas les actrices qui ont composé le groupe, les valeurs et notre ADN. Je n’oublie pas le travail des coachs qui ont lutté avec moi durant la saison (Romain, Jean-Christophe), je n’oublie pas le soutien des coachs amateurs qui ont toujours eu le petit mot pour des encouragements, ce qui prouve l’implication et le ressenti commun de tous. Je n’oublie pas nos échanges, souvent nécessaires, avec mes dirigeants pour nous permettre de garder les pieds sur terre dans les bons comme dans les moins bons moments.

LABC : Le confinement a marqué les personnes, les entreprises, les clubs. Comment vivez-vous l’après Covid ?

RR : Tous les secteurs d’activités ont été impactés car il a touché les gens qui composent notre société, déstabilisé ! paniqué ! A mon échelle je me suis recentré sur les personnes essentielles à ma vie et ceux qui ont de l’intérêt pour moi. Il y a finalement des gens qui te laissent sur le bord de route par intérêt ou par négligence, le faux reste chez les faux. J’ai de la famille très proche qui a été touchée par le COVID-19, il y a eu de l’impuissance de ma part car la distance nous projette aussi de l’impuissance. Seul le téléphone m’a permis de garder le meilleur contact possible (France, Antilles).

J’ai eu envie bien sûr à certains moments de prendre mon téléphone pour avoir des nouvelles de nos partenaires. Recevoir quelques news et, réciproquement, en donner n’est pas une obligation mais juste un peu d’humanisme. Je suis de ceux qui ne font rien par intérêt mais il y a énormément de personnes pour qui j’ai décroché mon téléphone ou envoyé un mail car ils étaient dans mon esprit. Vous pouvez imaginer que dès la sortie autorisée, je me suis précipité vers ceux qui sont plus que de la relation de travail. J’aime l’humain et on ne me le retirera pas !!

LABC : Il a fallu vite réagir et préparer la saison prochaine. Sur quelles bases avez-vous construit le nouveau groupe NF1 ?

RR : J’ai eu beaucoup de temps pour faire un bilan de saison, évaluer nos besoins, échanger avec mes deux collaborateurs, débiffer avec les joueuses pour enfin définir une stratégie de recrutement.

La période de recrutement est commune à toutes les équipes, je n’ai rien fait de plus que les autres. Cependant l’objectif était clairement de rapporter de la plus-value à notre groupe. Il fallait un changement nécessaire pour redonner de l’allant à cette équipe, donner encore davantage de responsabilités à notre formation, à condition qu’elle puisse saisir sa chance. Et continuer à faire des coups de recrutement formateur pour être compétitifs dans les prochaines années. Bien sûr, je me suis assuré de garder un noyau dur pour la suite, et d’injecter du sang neuf. L’atout formateur est important car c’est notre ADN. Mais nous entourer de pièces stabilisatrices permet aux nouveaux pions de s’installer avec plus de confiance et d’accompagnement.

« Nous allons être, je l’espère, une belle vitrine »

LABC : Etes-vous aujourd’hui satisfait de l’effectif : un peu, moyennement, beaucoup ? Et pourquoi ?

RR : Je suis aujourd’hui satisfait car nous sommes dans les premières phases de sa construction ! La situation et surtout la période nous rappellent l’humilité qui doit être engagée quotidiennement. Je ne veux pas me tromper de discours avec mes filles et mes dirigeants sur le potentiel de notre équipe à ce jour. Nous allons combattre avec nos armes, être je l’espère une belle vitrine qui représente fièrement le territoire. J’ai aussi eu la chance de discuter des volontés et motivations de chacune, connaître leur objectif à court et moyen terme pour mettre en lumière notre collaboration de travail, nous allons parler le même langage en termes de motivation individuelle et collective, le moteur sera davantage boosté cette année.

Nous avons en plus commencé, avec mes collaborateurs à planifier et accompagner les joueuses sur différents secteurs de besoins. Jean-Christophe s’occupe du suivi et de la programmation physique depuis déjà quelques semaines. Romain est sur le travail individuel au quotidien, précieux pour générer une osmose de chaque instant. Une affaire tournant sur trois responsables techniques nous permettra de gagner un temps énorme.

LABC : Comment va se passer la reprise, de ce qu’on peut prévoir bien sûr …

RR : Je vous avoue que nous restons vigilants quant au protocole ministériel et à la situation d’évolution dans le pays. Nous avons bien sûr déposé une date de reprise collective, en douceur, en début de semaine. Aucune surprise ! Nous avons une joueuse (Clémentine) qui aura la chance d’espérer représenter la France sur les prochaines compétitions internationales, une autre joueuse (Khady) qui était aussi sélectionnée et qui ne pourra pas rejoindre le stage national au Sénégal pour raisons sanitaires … Une préparation nous emmenant je l’espère jusqu’à la reprise officielle du samedi 19 septembre.

« J’aime ce qui est en train de se passer »

LABC : Côté club, comment situez-vous le Limoges ABC aujourd’hui, toutes équipes, tous secteurs confondus ?

RR : J’ai vécu trois épisodes avec le LABC. Un premier en LF2 avec des orientations professionnelles, une logistique bien différente que la NF2 où je suis revenu aux affaires, une reconstruction sportive faite dans son entièreté pour nous permettre de rebondir et ne pas s’engluer dans une spirale bien plus grande, finalement une belle récompense au bout de ce chemin 2018-2019 avec ce premier titre de champion de France et une remontée en NF1. Le club durant cette période a gardé le cap avec de bonnes assises et des réflexions cohérentes de gestion. Je vous dirais qu’ils ont eu raison de me signer (hahahahaha !!), dieu sait ce qui aurait pu advenir par la suite. Mais il est certain aujourd’hui que les décisions du sportif ont porté leurs fruits. Le club s’entoure de personnes de confiance et définit une stratégie. Cela va de mon assistant, Romain, de ses valeurs et compétences, jusqu’aux catégories de jeunes. J’aime ce que je vois et ce qui est en train de se passer, le renouvellement est très positif, les jeunes auront un suivi de qualité, nous pourrons échanger de nos confrontations respectives, parler de nos besoins respectifs avec des rassemblements programmés sur la durée de la saison. Je suis très content de voir arriver et intégrer quatre coachs féminines dans un club féminin. Non seulement elles ont envie de partager leurs passions mais en plus elles dégagent une vraie motivation et des contenus de qualité pour nos catégories de jeunes.

« Un seul point m’anime, le plaisir »

LABC : Vous entamez votre troisième saison à Limoges. Avec envie, impatience, détermination, quel mot convient le mieux ?

RR : Tous les états me définissent, mon envie de travailler, de donner le meilleur de moi-même, l’envie de retrouver ma nouvelle équipe. Je suis impatient de retrouver ma famille LABC, de nous réunir pour partager notre ambition de saison, je suis impatient de nous évaluer à la concurrence, un championnat qui sera dense et généreux, je suis impatient de former une équipe compétitive.

Ma détermination sera, je l’espère, communicative sur le reste de notre groupe, sur les échanges collectifs autour de nos catégories. Ma détermination sera peut-être canalisée (soir de match, j’en doute !) afin que nous arrivions à nos objectifs de vestiaire, pour arriver à un seul vrai point qui m’anime aujourd’hui « LE PLAISIR ». Finalement il ne faudrait pas grand-chose pour être heureux … « si bien accompagné !! ».

Du changement, sur le caillou 

LABC : Avez-vous un message pour les partenaires du club et pour les supporters ?

RR : J’ai pris le temps de me répéter sur mes derniers messages vocaux et par mail aux partenaires. J’ai souffert avec eux car j’aurai souhaité les aider davantage dans leurs quêtes de ne pas sombrer à cause de « Monsieur Covid-19 ». Je suis là pour eux. Lorsque je m’exprime, je pense à notre équipe de basket féminin qui, à n’en pas douter, fera le maximum pour sortir grand de nos combats du week-end. Que nos supporters et nos partenaires soient fiers de nous soutenir tout au long de cette nouvelle saison. Je vous dis à très vite !!

LABC : Le nouveau coach est avec les cheveux et la barbe … c’est une nouvelle ère ?

RR : On m’a dit, il y a quelques mois, qu’il fallait du changement, parfois nous n’avons pas trop le choix. Il faut aller de l’avant. Je ne peux pas dire que je n’avais pas de cheveux ! Aujourd’hui mes cheveux repoussent (hahahaha), aucun besoin de mettre de fortifiant, il suffit simplement d’être sous pression !! hahaha ! Je voudrai juste rappeler à tout le monde que je suis, il y a fort longtemps, né avec des cheveux sur le caillou. Les cheveux chez moi ce n’est qu’effet de mode. Cela me passera ! Pas de choc SVP ! Juste une nouvelle ère ! HAHAHAHA!!

31 juillet 2020