ACTUALITÉS

JC Lamargot, préparateur physique, rejoint le staff NF1

Déjà passé par le Limoges ABC, intervenant sur le Centre d’Entraînement, Jean-Christophe Lamargot revient. Préparateur Physique professionnel, JC (son surnom) est un perfectionniste et un passionné. Ses vacances ? C’est déjà du passé, une dizaine de jours pas plus. Jean-Christophe, diplômé de l’INSEP en 2014, intervient l’été sur des camps de basket. Préparateur physique attitré de plusieurs joueurs pros de basket (Jeep Elite, Pro B ou NM1), de triathlètes, de coureurs à pied mais aussi des rugbymen de la JA Isle, il n’a pas l’intention d’être de passage sur la seule avant saison du Limoges ABC, mais bien de travailler toute l’année avec l’équipe, et plus si affinités. Découverte d’un métier et d’un homme. Bonne saison JC, merci de ta présence à nos côtés, pour le meilleur.

Pour que les filles atteignent leur niveau de performance maximum

Limoges ABC : En rejoignant le staff NF1 du club, tu réponds à une demande du coach de perfectionnement et de progression, sur quelles missions ?
Jean-Christophe Lamargot : C’est avec beaucoup de plaisir que je reviens, à la demande du coach, pour étoffer le staff. Régis souhaite se concentrer sur le basket et déléguer la récupération et le travail individuel et spécifique. Mon objectif en revenant au Limoges ABC, c’est que les filles atteignent leur niveau de performance maximum, en agissant notamment sur trois points : la prévention des blessures, la performance et l’amélioration des qualités physiques de la joueuse, la récupération par différents exercices.
Régis est un ami. C’est toujours un plaisir de travailler avec des personnes de confiance. On n’a pas besoin de parler pour comprendre ou connaître ses attentes. Il y a énormément de choses à faire dans le club et toutes auront pour finalité de retrouver le haut de tableau.

LABC : Concrètement, quels moyens mets-tu au service de la performance sportive ?
JCL : Mon objectif est d’amener les joueuses dans la meilleure condition physique pour le premier match. Comment y arriver ? La base c’est une bonne planification et un programme adapté avec les joueuses (physiologique, données sur le jeu) afin de développer leurs qualités physiques, mais aussi être à l’écoute des joueuses. Développer l’endurance, la vitesse, la force sous une forme adaptée au profil des joueuses et à l’activité basket. Maîtriser le cardio vasculaire pour pouvoir enchaîner les charges des entraînements et des matches, pour ne pas en arriver à des blessures. Pour cela, il faut du travail, de la rigueur, du sérieux. Je travaille sur toute une saison, sur toute une carrière, sur du long terme.

L’échange, une clé de la réussite

Limoges ABC : Tu travailles beaucoup l’été, à une période où pourtant, il n’y a pas de compétition …
JCL : Il faut travailler toute l’année. La préparation physique a un rôle très important à jouer dans les périodes de compétition bien sûr mais aussi dans les périodes sans compétition, de la fin de saison à la reprise de la saison suivante. Le sportif français a du mal à le comprendre. C’est pourtant à cette période qu’on peut travailler les points forts ou les points faibles, sans pression et avec du temps.
Je travaille en m’adaptant aux joueuses. La meneuse n’a pas les mêmes besoins qu’une intérieure. Les ateliers course par exemple ne sont pas les mêmes pour les arrières et les postes 5 qui ont une course beaucoup plus droite.

Limoges ABC : La préparation physique, métier de l’ombre ?
JCL : Les préparateurs physiques sont rarement mis en lumière. Pourtant quand on travaille avec un joueur sur la re athlétisation et quand on revoit ce joueur sur le terrain, on prend vraiment du plaisir et on mesure l’utilité de notre investissement pour une équipe et pour un joueur. On sait que c’est bien de l’avoir ramené sur le terrain, parfois même plus fort qu’avant. Mais pour cela, nous devons toujours nous remettre en question. Il faut se documenter, se former, échanger. La préparation physique évolue mais l’échange est une notion incontournable pour une préparation physique réussie.

Limoges, 7 août 2019