ACTUALITÉS

NF3 : Sébastien et Anne-Flore aux manettes !

Après une première partie de saison très compliquée avec deux victoires en onze rencontres, le Limoges ABC entame cet après-midi salle Mu’ son opération Maintien. Quatre équipes descendent et les filles sont bien décidées à engranger les points au fur et à mesure des week-ends. Ce n’est ni facile ni impossible. Le premier phase de la phase retour dimanche chez le leader Angers était une montagne trop difficile à maitriser et la défaite n’a pas été absente de bonnes sensations. Cet après-midi (15h30, Salle Mu’), nous devons venir à bout de Mûrs-Erigné actuel 4ème (7v – 5d), descendu de NF2 en fin de saison dernière.

Mais cette seconde phase est aussi une première pour un nouveau tandem sur le banc. Le nouveau coach Sébastien Montassier (re)fera ses débuts Salle Mu’ et il sera assisté d’Anne-Flore Gineste, capitaine mais qui vient d’être opérée (croisés) et qui, après avoir géré la transition du départ de Julien Vinsonnaud fin 2019, se « reconvertit » quelques mois dans le coaching. Nous avons rencontré les cadres de l’équipe et la sensibilité de leurs discours est à savourer. Bonne fin de saison à tous les deux, qu’ils trouvent du plaisir, Sébastien trouve dans les victoires et Anne-Flore dans cette expérience d’interface coach / joueuses. Bons matches !

 

Sébastien Montassier : « Il va falloir être unis pour réussir notre objectif »

Limoges ABC : Tu reviens dans des conditions un peu particulières … As-tu du plaisir à revenir ? Tu ne coachais pas ces derniers temps …
Sébastien Montassier : J’ai arrêté de coacher depuis la saison dernière où j’étais au CSP. Par contre, je suis ravi de réintégrer le LABC avec le Président que je connais bien. On a déjà vécu de bons moments ensemble. Relever le challenge avec le groupe, en relation avec Anne-Flore qui fait la relève, m’intéresse vraiment et c’est pour ça que je reviens.

Limoges ABC : Tu as donné des missions à Anne-Flore pour t’aider sur la fin de saison ?
SM : Anne-Flore, aujourd’hui je vais la garder sous mon aile pour continuer à la former en tant que coach puisque de toute façon elle est blessée. Ensuite la mission sera aussi pour elle d’être le relais entre moi, mes exigences et le groupe si parfois il peut y avoir quelques lacunes et arrondir les angles comme on dit. C’est vraiment un rôle d’assistanat qu’elle aura en tout bien tout honneur.

Limoges ABC : Tu as mis les choses au point avec les joueuses en leur disant que l’objectif était le maintien et que tu serais très exigeant
SM : Mon président ne m’a pas fixé d’objectif. Cependant en tant que compétiteur, j’estime qu’il est important qu’on ait des objectifs. Il va de soi que, peut-être dans la difficulté, il va falloir se maintenir c’est le minimum et se donner tous les atouts. De gros entrainements, se donner à 100% avec un collectif et rester humbles et surtout être unis pour réussir cet objectif que je me fixe avec le groupe et que j’ai imposé.

Limoges ABC :  Tu connais des joueuses, tu en découvres d’autres …
SM : Effectivement, il y a une partie du groupe que je connaissais déjà puisque je les ai déjà eus, en Espoirs, au club. Et il y a une partie du groupe que je découvre mais il va falloir qu’on travaille dans le même sens et tous ensemble.

Limoges ABC : Quelles sont tes consignes pour le match de ce dimanche vs Mûrs-Erigné ?
SM : J’ai donné trois consignes à mon groupe. La première c’est de rester à moins de soixante points en défense. La seconde est de se récompenser en attaque, ce qui nous a manqué le week-end dernier, de continuer à se faire plaisir ensemble dans nos actions … Et la troisième est de se faire respecter car nous sommes chez nous et ne devons avoir aucune défaite, à commencer par ce week-end.

 

Anne-Flore Gineste : « Il faut montrer les épaules qu’on a » 

Limoges ABC : Pour ton dernier match (interim) en coaching avant la trêve, vous êtes allés chercher, avec les filles, une victoire capitale contre Saran (68-57). C’était une belle façon de passer le relais !
Anne-Flore Gineste : Oui, c’était une super victoire, j’étais très fière des filles, sur leur engagement et puis le fait qu’on soit vraiment restées toutes ensemble. Et puis elles m’ont respecté dans cette position pas facile pour moi d’être coach puisque je suis avant tout leur coéquipière et (ex) capitaine. J’ai apprécié d’avoir ce rôle-là et elles m’ont fait confiance comme je leur ai fait confiance.

Limoges ABC : Finalement, tu t’y es mis très vite au coaching, tu as été active sur le banc … tu as bien coaché …
AF : J’avais déjà coaché des jeunes quand j’étais à l’ASPTT. Je veux devenir enseignante. J’ai toujours aimé cette histoire de transmission et de bouger sur le côté, de donner des directives, comme je peux bouger sur le terrain, et ça m’a permis de relativiser sur ma blessure et sur mes croisés, de me sentir impliquée, de savoir que finalement j’ai quand même les rênes de l’équipe. Si je ne fais pas les bons choix aux bons moments, si je ne fais pas le bon changement, si je ne donne pas la bonne consigne, je les fais perdre autant que si j’étais sur le terrain …

Limoges ABC : C’est dur de ne pas jouer et de coacher … ou alors tu oublies quand tu coaches que tu es joueuse ?
AF : Lors du premier match, j’y ai pensé et c’était difficile d’avoir ce regard là et ce retour parce que j’avais terriblement envie de jouer et que je ne m’attendais pas à l’arrêt du coach. Après, j’ai fait sans et je me suis dit que de toute façon je ne pouvais pas rentrer, donc autant que je fasse avec les forces que j’avais, que les filles avaient deux jambes bien solides sur lesquelles je pouvais m’appuyer, qu’elles étaient mes béquilles …

Limoges ABC : Les filles t’ont fait confiance aussi … La transmission entre les joueuses et toi, c’était une transmission de coach à joueuse, ce n’était pas une transmission de connaissance ou d’amitié, c’était une transmission professionnelle.
AF : Oui on s’est mis d’accord sur ce que j’allais proposer, sur ce que je voulais faire, comment fonctionner avec elles. Je leur ai dit que je n’allais pas leur proposer du basket pur et dur mais j’allais montrer certaines valeurs qui n’étaient plus présentes, c’est-à-dire l’envie et la combativité, et qui me correspondent aussi en tant que joueuse. J’avais vraiment envie de leur transmettre ça. Dans ce championnat de NF3, c’est ça qui fait la différence, c’est d’avoir des guerrières. On a bien vu que les arbitres sifflent à partir du moment où on est guerrières et où on arrête de se plaindre sur eux. Il faut montrer les épaules qu’on a, montrer qu’on a du basket, se dire : mon coach, il va me faire confiance, il va me laisser jouer. C’est ce que je leur ai apporté je pense.

Limoges ABC : Sébastien a proposé que tu l’aides sur le coaching. Il a dit qu’il allait te prendre « sous son aile ». Tu vas donc continuer avec lui …
AF : J’ai été opérée mi-décembre. Ce que j’ai dit à Sébastien c’est qu’il fallait aussi que je prenne attention à ma santé, ce qui est logique. Mais je serai bien sûr présente sur le banc ce dimanche aux côtés de Sébastien, égale à moi-même, 100% présente aux entraînements et prête à me maintenir pour rejouer l’année prochaine.

Limoges ABC : Rejouer l’année prochaine ou coacher l’année prochaine ?
AF : Rejouer l’année prochaine ! Parce que, oui il est possible que dans quelques années, je pense à coacher parce que ça m’a toujours plu. Mais avant tout, et il ne faut pas l’oublier, grâce à l’année que j’ai passée l’an dernier avec Julien, j’ai repris plaisir au basket avec le groupe qu’on a construit.

19 janvier 2020