ACTUALITÉS

« Je veux dunker les yeux fermés » Entre-Deux avec … Ophélie Irabe

Ophélie Irabe est arrivée au club l’an dernier en provenance d’Orthez. Meurtrie et en manque de confiance après des déboires, elle est arrivée à Limoges pour retrouver de la sérénité. « Je recherche une équipe, de la complicité, de la combativité » disait-elle à l’époque. Le changement s’imposait pour elle et il s’est opéré. A l’abri des blessures, Ophélie a trouvé un équilibre, un contrat de travail qui lui permet d’exercer le métier qu’elle aime, une équipe avec laquelle s’est épanouie. La confiance du coach est à la fois une cause et une conséquence, un juste retour des choses pour quelqu’un qui s’investit beaucoup et avec humilité. On peut saluer la joueuse mais la personne a su gagner la confiance des gens qui l’entourent. C’est le plus important. La saison peut commencer. Ophélie est déjà au rendez-vous. Interview #6

Le confinement, je l’ai super mal vécu !

Limoges ABC : Comment as-tu vécu le brusque arrêt des 13 et 14 mars ? Et comment as-tu géré les deux mois compliqués de confinement ?

Ophélie Irabe : Super mal, sachant que je ne fais rien d’autre que du sport dans ma vie, le fait d’arrêter soudainement m’a fortement impactée moralement. Après, je ne vais pas vous cacher que les deux premières semaines, c’était plutôt cool de se reposer. J’ai pris mon mal en patience car mon conjoint n’était pas confiné à mes côtés. Il fallait que je m’occupe donc nous avons joué ensemble à la console de jeux à distance (je suis toujours aussi nulle d’ailleurs). Et j’ai quelquefois donné des cours de renforcement musculaire via Facebook pour la Ville de Limoges et principalement pour « Wellness Arena ». J’ai essayé de me maintenir un minimum en forme grâce à Laurent Mazé (patron de Wellness Arena, partenaire du club, NDLR) qui m’a prêté du matériel et grâce aussi à Régis qui m’a fait une livraison à domicile 😉.

LABC : Tu enchaines avec le Limoges ABC. Quel bilan tires-tu de la saison précédente ?

O.I. : Franchement j’ai grave les boules parce que je commençais à rêver de Bercy et tout … Puis l’annonce du virus (Chute libre)

La confiance que Régis m’a accordée

LABC : Qu’est-ce qui a fait la différence pour resigner avec le Limoges ABC ?

O.I. : La confiance que Régis m’a accordée. En me donnant des responsabilités, indirectement j’ai pu prendre confiance en moi en tant que personne et surtout sur le terrain et ça je ne lui dirais jamais assez Merci. Puis on se sait, lol.

LABC : Tu es titulaire d’un BPJEPS Activité de la Forme et tu valorises ce diplôme par ton activité professionnelle. Est-ce un atout, un équilibre pour la joueuse, d’exercer déjà ton métier ?

O.I. : Étant dans le Service des Sports de la Ville de Limoges, et également intervenante chez notre partenaire « Wellness Arena », j’ai l’opportunité d’exercer mon métier en dehors du basket ce qui était pour moi non négociable pour avoir cet équilibre entre les deux (le sport de haut-niveau et la vie active), sans oublier mon passage chez Lady Fit Zen avec Bernard Hartmann, propriétaire de « Iron Gym » et « Lady Fit Zen ».

Je veux dunker les yeux fermés

LABC : Tu aimes former et transmettre aux jeunes ou aux groupes. D’où vient ta passion ? 

O.I. : De par mon passé, j’ai toujours aimé aider les jeunes ou même les adultes à travers mes compétences professionnelles, ou bien même mon expérience humaine.

LABC : Quelles sont tes ambitions pour cette saison et quel message voudrais-tu faire passer au groupe ?

O.I. : Je veux dunker les yeux fermés 😉 Non, c’est une boutade, j’ai quelques ambitions personnelles afin d’apporter un maximum au collectif.

LABC : As-tu un message pour les partenaires du club et pour les supporters ?

O.I. : Force aux partenaires qui ont souffert, dû au COVID et pressée de revoir la Salle Mu’ et nos supporters.

 

Régis Racine, coach : Une belle surprise cette année. Ophélie est une vraie joueuse d’équipe sur qui on peut reconstruire. C’est avec plaisir que nous nous installons dans une nouvelle collaboration. Après une première année, on attend souvent de la confirmation, l’ambition est partagée.

30 juin 2020 – Photo Olivier Sarre